Forum

Notifications
Clear all

Oli et le BC Brainois  

  RSS
Olivier Cognioul
(@groli)
Reputable Member

J’avais l’intention, jeudi prochain avant l’entrainement, d’exprimer de vive voix ma pensée ainsi que d’expliquer ma réaction pendant et après le match de coupe de ce jeudi 23 février contre Ecole Européenne. Réflexion faite, chaque personne présente hier soir étant en droit de comprendre, je poste ce message à qui voudra le lire.

Premièrement, à 36 ans, cela fait 17 ans que je joue en P2-P3 et même P4 au début, et j’ai le niveau qui correspond à la division dans laquelle je joue. Je fais des erreurs sur le terrain et j’en suis conscient, j’ai assez d’auto-critique pour savoir qu’il y aurait eu mieux à faire que de forcer tel ou tel shoot. Je ne ressens pas le besoin, ni l’envie, de voir dans le regard et dans les réactions de mes coéquipiers la désapprobation telle qu’elle est présente à chacun de nos matchs et qui m’ôte purement et simplement l’envie de m’excuser pour les mauvais choix que je fais sur le terrain.

Tout le monde fait des erreurs sur le terrain, j’insiste sur le « tout le monde », et il me semble avoir pour habitude d’encourager le joueur concerné plutôt que de lui râler dessus ou de lever les yeux au ciel avec un regarde de colère.

Mes erreurs, bien que présentes, ne m’ont jamais empêché de me battre à 100% pour l’équipe, à chaque minute que je passe sur le terrain. Malheureusement, cette envie de me donner s’évanoui peu à peu.

Contrairement à ce que ce qui précède pourrait faire croire, je ne prends pas ces réactions sur le terrain a titre purement personnel. C’est d’une manière générale que ces désapprobations et ces sautes d’humeurs doivent laisser la place aux encouragements.

Deuxièmement, comme la majorité le sait, ma femme est malade, et pour ceux qui ne le savent pas, elle a une maladie génétique et héréditaire incurable. Il y a, par ailleurs, 80% de « chance » pour que mes enfants le soient également. Suite à cette maladie, elle a été virée de la mutuelle, et a touché, à ce jour, en tout et pour tout, 250 € de chômage temporaire depuis le 23 décembre. Tout le monde doit pouvoir imaginer les ennuis que cela peut causer au niveau financier (remboursement d’emprunt, factures, courses alimentaires, frais scolaires, …)

Je ne demande pas de pitié, mais ceci entraînant cela, ma capacité d’acceptation et ma susceptibilité en sont forcément dénaturées. Peut-être penserez-vous que ma réaction a été disproportionnée, mais ma passion est en train de devenir une contrainte, et je n’ai pas besoin de cela en plus du reste.

Je sais que chacun doit composer avec des problèmes privés, professionnels ou autre. Je n’ai pas pour habitude de me plaindre en permanence de ce que je vis et je n’attends rien de personne par rapport à mes soucis, si ce n’est que le basket, qui représente mon seul défouloir, reste un plaisir partagé avec des potes qui continue à me permettre de me vider l’esprit.

De tout ce qui précède, et vu que j’ai à cœur de respecter mes engagements et tous les membres du club, je terminerai cette saison.

Ceci dit, si d’ici la fin de la saison, je ne vois aucun effort sur le terrain en ce qui concerne l’attitude générale de l’équipe, je ne poursuivrai pas la saison prochaine.

Je n’ai pas le cœur d’abandonner le basket, j’en ai besoin moralement et physiquement, mais si cette passion, ce hobby, devient une contrainte, je n’aurai plus aucune envie et force d’accumuler des déceptions supplémentaires et je serai contraint d’arrêter ou d’aller voir ailleurs.

Je tiens à m’excuser pour ma réaction à chaud de ce jeudi, la tension et le stress, pas du match, mais de l’entente de l’équipe sur le terrain ont été ingérables pour moi.

Je remercie tous ceux qui auront lu et compris mon état d’esprit, et j’espère sincèrement ne pas avoir à faire un choix que je ne désire pas au mois de mai prochain.

Amicalement et sportivement

Oli

Quote
Posté : 24/02/2017 2:49
Share: